Logo Agirr

Naissance de l’Entente lorraine contre le projet d’autoroute A 32

Communiqué de presse du 8 juillet 2005
 

Devant l’obstination de l’Etat à poursuivre les études pour l’implantation d’une nouvelle autoroute en Lorraine, cinq associations se sont groupées pour demander l’abandon de ce projet.

Pour l’Entente lorraine contre le projet d’autoroute A 32, la construction d’une nouvelle infrastructure routière dans notre région serait un gaspillage d’argent public et n’apporterait que des nuisances. Ses membres souhaitent attirer l’attention sur les constats suivants :

Au niveau mondial
- changement climatique dû à l’émission de gaz à effet de serre dont le gaz carbonique émis lors de la combustion des énergies fossiles ;
- épuisement des ressources pétrolières.

Au niveau national
- responsabilité majeure des transports routiers dans les émissions de gaz à effet de serre ;
- engagement du président Chirac et du gouvernement pour la mise en oeuvre du protocole international de Kyoto et la diminution des émissions de gaz à effet de serre ;
- forte dépendance aux ressources pétrolières du secteur des transports ;
- prépondérance du transport routier à cause d’une sous-tarification ne tenant pas compte des coûts qu’il induit pour la société et l’environnement.

Au niveau régional et local
- nécessité d’un aménagement du territoire plus équilibré et moins consommateur de déplacements pour que la France respecte ses engagements de Kyoto. La Lorraine de par sa position frontalière pourrait avoir une incidence majeure sur le transfert de la route vers le rail ou le fluvial ;
- trafic sur l’autoroute A 31essentiellement local ( 80%) qui peut pour les voyageurs être pris en charge par les transports en commun ;
- montée en puissance de l’offre TER Métrolor pour les voyageurs, baisse du prix, augmentation du confort ;
- mise en service d’une voie ferrée dédiée au trafic de marchandises à l’Ouest du sillon mosellan ;
- nouvelle autoroute économiquement injustifiée, qui constituerait un gaspillage d’argent public et qui viendrait concurrencer immédiatement les efforts précités réalisés pour le mode ferroviaire ;
- destruction de l’environnement et du patrimoine ;
- neutralisation et coupure du territoire agricole ;
- nuisances sonores et pollution de l’air entraînant cancers, maladies respiratoires, troubles nerveux.

Pour toutes ces raisons, la création d’une nouvelle autoroute n’est pas la solution au problème de transport en Lorraine.

Le trafic routier a de bonnes capacités d’adaptation comme on a pu le constater à l’occasion des travaux de l’été 2005 sur l’ A 31. Pour favoriser un moindre besoin de transport routier, il faut à présent :
- inciter les voyageurs à utiliser les transports en commun en améliorant les liaisons dans les villes, entre les différentes agglomérations et leur périphérie et en facilitant le passage d’un mode de transport à l’autre (bus-train, vélo-train, voiture bus, voiture train, covoiturage, cheminements piétonniers et cyclables, garages à vélos sécurisés...)
- pour le transport des marchandises, revenir à une situation plus équitable pour le transport ferroviaire et fluvial en faisant respecter la réglementation sur les poids lourds, en leur interdisant les dépassements, en instaurant un péage pour les camions sur l’A 31 et en donnant la priorité à la logistique multimodale.

Charte ouverte adoptée par :

ATPCV - Chaudeney sur Moselle - 54

PAVE - Landremont - 54

AGIRR FNAUT Lorraine - Vigy - 57

APECV - Verny - 57

Association de Défense du Patrimoine et du Cadre de Vie Rural - Trémery - 57

Publié le vendredi 13 janvier 2006.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message