Logo Agirr

Etat initial de l’environnement sur le fuseau des 1000 mètres

 

L’État a engagé les études préliminaires du projet d’autoroute A32. La première étape a consisté à réaliser l’état initial de l’environnement : il s’agit d’un diagnostic territorial complet, permettant de faire ressortir les contraintes et les enjeux dans le périmètre d’étude. Cette étude a abouti à la publication d’un rapport qui nous a été soumis pour commentaires.

Nous avons transmis au préfet nos observations, en particulier sur la méthode de consultation : en plein été, avec un délai de réponse très court. Nous refusons délibérément de nous prononcer sur la localisation du projet autoroutier, nous contestons les fondements du projet A 32 exposés dans l’avant-propos du document officiel.

Dans la continuité des précédentes positions, nous demandons l’annulation du projet A 32 compte tenu de :

- son impact globalement négatif sur la sécurité, 2 grands axes de circulation au lieu d’un ;
- son incapacité à traiter le trafic local aux abords des villes qui sont les véritables points noirs de l’A31 ;
- son coût pour un service rendu non démontré ;
- l’accroissement de la dépendance de notre pays au pétrole et l’aggravation de l’effet de serre ;
- des hypothèses de croissance du trafic sur l’A 31 très contestables, en particulier au vu de la baisse historique de la circulation routière en 2005 et au vu de la juxtaposition dans de nombreux secteurs de Moselle de projets d’élargissement de départementales et du projet A 32.

Vous trouverez le rapport à l’adresse suivante : http://www.lorraine.equipement.gouv.fr/article.php3 ?id_article=1313

L’association relève aussi des déclarations de plus en plus précises :
- Du Ministre délégué à l’Aménagement du territoire, M ESTROSI qui déclare le 9 août 2006 sur RTL : "ce qui se passe chez nous depuis 20 ou 30 ans est inadmissible. Aujourd’hui, avec un baril de pétrole à 78 dollars, voire plus, il faut enrayer le tout routier. Faire des routes partout n’est pas la réponse...l’enjeu c’est évidemment le développement durable."
- Du Ministre de l’intérieur, M SARKOZY qui déclare dans Le Figaro du 01 septembre 2006 : " Ce que dit Nicolas Hulot ainsi que d’autres personnalités comme Yann Arthus- Bertrand est intéressant. Leurs colères sont salutaires : elles alertent les responsables politiques souvent trop timorés sur cette question. Pour ma part, j’ai plusieurs convictions. D’abord, il faut en finir avec le tout autoroutier : doubler l’autoroute du Sud ou doubler l’autoroute du Nord n’a aucun sens. Deuxièmement, la France doit désormais être préservée du défilé continu des camions de toute l’Europe sur son sol : une priorité doit être donnée au ferroutage, à la création des autoroutes de la mer et à la reprise des travaux sur les canaux permettant l’acheminement par péniches d’un certain nombre de marchandises. Troisièmement, une partie de notre fiscalité qui pèse exclusivement sur le travail doit évoluer vers une fiscalité qui pèserait sur la pollution."

Le Préfet devrait appliquer ces principes en Lorraine. Le citoyen a le droit de réclamer une certaine cohérence des institutions. La réponse qui sera envoyée au Préfet sera publiée sur notre site début octobre.

Complément du 29 septembre 2006 : vous pouvez trouver ici la lettre au préfet et son annexe.

PDF - 72.9 ko
Lettre au préfet
Nos commentaires sur le rapport "l’état initial de l’environnement"
PDF - 129.3 ko
Annexe de la lettre au préfet
Publié le mardi 26 septembre 2006.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message