Logo Agirr

Assemblée générale 2007 du 2 mars

 

Le rapport moral En préambule du rapport moral la Présidente Martine WAGNER insiste sur la cohérence du parcours de l’Association pour l’Aménagement et la Gestion des Infrastructures dans le Respect des Ressources ; la lutte contre le projet de nouvelle autoroute A32 et la dégradation du cadre de vie qu’il engendrerait, a amené les responsables successifs à appréhender la globalité des questions de transport. Toutes les solutions de transport aptes à délester l’A31 d’une partie de son trafic, actuel ou à venir, sont explorées et soutenues. Evoquées au cours du rapport d’activité, ce sont par exemple l’utilisation des voie ferrées désaffectées dans et autour l’agglomération messine ou pour amener les futurs travailleurs frontaliers vers le pôle de Belval au Luxembourg (ligne Fontoy-Audin le Tiche) couplée à de nouvelle haltes ou gares. L’amélioration de l’intermodalité des transports publics est aussi souhaitée. Le covoiturage, phénomène spontané, devrait être pris sérieusement en compte et encouragé. AGIRR FNAUT Lorraine souhaite l’application de l’écoredevance, taxe sur les camions, rendue possible par une « directive cadre » de l’Union Européenne comme l’explique Jean-Paul Jacquot vice-Président de la Fédération Nationale des Associations d’Usagers de Transports, chargé des questions européennes, et membre du comité directeur d’AGIRR.

L’association AGIRR a, depuis sa création, agi solidairement avec tous les secteurs, associations et communes touchés par le projet A32. Le souci du cadre de vie local à l’échelle du projet A32, les projets similaires contestés dans d’autres régions françaises et enfin l’impact majeur et grave des transports par la route sur le changement climatique font apparaître que l’alternative au projet A32 ne peut être routière, si on se soucie de l’environnement.

Le contexte national des transports, objectivement défavorable à un nouveau projet autoroutier et la fragilité du dossier technique ont été mis en lumière par quelques grandes dates de 2006 :
- Avril 2006 : la Mission Parlementaire sur l’effet de serre recommande de ne pas doubler les autoroutes Nord-Sud ;
- Mai 2006 : le Ministère des Transports donne les chiffres très bas de fréquentation attendue sur l’A32 ;
- Septembre 2006 : le rapport de la Commission des Transports de la Nation annonce une baisse historique de la circulation routière en 2005 ;
- Février 2007 : le Groupe International d’Experts sur le Climat confirme à Paris dans son rapport que le réchauffement climatique est bien dû à l’activité humaine. Le Président Chirac milite pour une ONU de l’Environnement

Cette volonté affichée du Président de la République d’intégrer le développement durable, ajoutés aux déclarations des Ministres Perben, Estrosi, Sarkozy devraient pour les responsables de l’association logiquement conduire à un nouveau Comité Interministériel d’Aménagement du Territoire décidant de l’abandon du projet A32.

Pour exemple, le récent Débat Public sur les transports dans la « Vallée du Rhône et Arc Languedocien » dont la problématique est très semblable à celle du sillon lorrain, n’aboutit pas à la solution autoroutière. En particulier les mesures d’exploitation des autoroutes existantes préconisées pourraient parfaitement s’appliquer à A31.

Or en Lorraine les études pour le déploiement de l’A32 se poursuivent sur le terrain : en particulier les études de sol pour rechercher le passage de 300m qui serait mis à l’enquête publique en 2009.

Lorsque l’on veut discuter le projet d’A32 sur le fond, les portes de la Préfecture restent closes malgré trois demandes d’audience de l’Entente Lorraine soutenue par La FNAUT.

Un bulletin « A32 : Attention Danger » rédigé avec 4 autres associations lorraines expose les arguments de « l’Entente Lorraine contre le projet A 32 ». Il a déjà recueilli la signature de nombreuses associations et actuellement de 50 communes ou communautés de communes. Le fascicule comporte une pétition, que vous pouvez aussi signer en ligne.

Christian Petit, mandaté par Eric Gulino, président du « Collectif des élus pour une alternative à l’A32 » invité par AGIRR FNAUT Lorraine a ensuite présenté les objectifs et projets de cette association créée en novembre 2006 qui se veut en opposition responsable à l’A32 proposant des alternatives au tout autoroute. Martine Wagner relève avec satisfaction que le programme du collectif combat le projet A 32 sur le fond, se gardant de proposer d’autres tracés, et étant vigilant aux velléités de « saucissonnage » de l’A32 de la part de l’Etat : contournement Ouest de Thionville, réutilisation de l’A4, barreau Toul-Dieulouard.

Chritophe Peultier expose ensuite les projets de manifestations de l’année, appuyé par Christine Legros et Charles Wack en charge du réseau de personnes relais actives sur un vaste secteur géographique.

En conclusion le comité fait un parallèle entre la lutte pour le réchauffement planétaire et la lutte contre l’A32 : On peut nier le problème, ou alors on peut en être désespéré. L’association propose une autre solution et appelle chacun à AGIR et à participer massivement à la manifestation du samedi 24 mars à Metz.

Une assemblée studieuse

Publié le vendredi 9 mars 2007.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message