Logo Agirr

Assemblée générale 2010

 

L’Assemblée Générale s’est déroulée de manière habituelle par la présentation du bilan moral, du bilan financier, du quitus au comité. Les projets de l’association ont également été présentés.

L’assemblée proprement dite a été suivie par une présentation de son livre par François Hulbert et d’un exposé de Philippe Tarillon, maire de Florange, puis d’un débat avec la salle.

Cette année 2010 a été marquée par la parution de l’avant-projet du Schéma National des Infrastructures de Transport (SNIT), dans lequel l’A32 est officiellement enterrée. Cet événement, que nous attendions depuis longtemps, marque une grande victoire pour l’association. Pour autant, des portions d’autoroutes nouvelles subsistent, dont notamment le Contournement Ouest de Thionville (COT), qui traverse Florange, et qui amènera un flot de voitures supplémentaires. Aussi devons nous utiliser au maximum de nos possibilités la période de discussion de cet avant-projet pour obtenir que ces faux-nez d’A32 soient retirés du SNIT.

Rapport moral

Créée en 1995 par des maires et des riverains de l’arc nord-est de Metz pour fédérer toutes les bonnes volontés contre le projet d’A32, AGIRR aura dû se battre quinze ans pour arriver à l’abandon officiel du projet, après d’interminables revirements de situation. Bien que des tronçons autoroutiers soient maintenus en projet, le Schéma National des Infrastructures de Transport, paru en juillet dernier, enterre l’A32 et prévoit des aménagements sur l’A31.

Malgré les kilomètres d’autoroute nouvelle subsistants, il s’agit là de l’aboutissement de longues années de travail, de mobilisation et de pédagogie au cours desquelles on a vu progressivement l’opinion publique se retourner contre l’A32, alors qu’elle y était plutôt favorable au départ. Entre des attaques régulières de partisans ramenant sans cesse le projet sur le tapis, les deux éléments ayant déterminé aujourd’hui son abandon auront été les élections régionales de 2004, où le projet faisait quasiment figure de référendum, et le Grenelle de l’Environnement, en 2007, dans lequel il était déclaré la fin de construction d’autoroutes nouvelles sauf dans certains cas.

Mais l’abandon de l’A32 ne signifie pas un arrêt de l’activité d’AGIRR, car d’une part les sections autoroutières maintenues en projet sont dangereuses et risqueraient de constituer une première phase, qui pourrait être complétée par la suite, et sans alternative à l’automobile, la circulation sur l’A31 se dégradera, ce qui fera rejaillir des projets d’autoroute nouvelle.

Forte de son expérience, AGIRR continue donc son travail dans la promotion des alternatives à l’A31. C’est ainsi que des membres du comité s’investissent par le biais de différents moyens pour rendre les transports en commun toujours plus accessibles et pratiques, et continuent à promouvoir le covoiturage ou l’autopartage, alternatives qui se développent de plus en plus en ce moment.

Rapport d’activité année 2009

A32 et S.N.I.T.

L’association AGIRR a approuvé le projet de mise à 2x3 voies de l’A31, poussé par le Conseil Régional, et annoncé par le Président de la République en automne dernier. En effet, nous avons toujours avancé l’optimisation de l’existant, et cet élargissement ne demandait pas de lourds travaux d’infrastructures.

AGIRR a réagi après la parution de l’avant-projet du SNIT dans lequel le projet d’A32 est abandonné, mais les sections nouvelles Toul-Dieulouard, ainsi que le Contournement Ouest de Thionville traversant la ville de Florange sont maintenus. Le retrait de l’A32 est une excellente chose, attendue depuis longtemps par la population locale, mais les deux projets autoroutiers restants doivent eux aussi être enterrés.

L’association a été vigilante à toute voix pouvant réaffirmer une nécessité de l’A32, comme ce fut le cas en 2008, lorsque le Conseil Général de Moselle a déclaré qu’une nouvelle autoroute est une compensation des restructurations militaires que va subir le département.

Promotion des alternatives à l’A32

Durant l’année qui a précédé la parution du SNIT, le dossier A32 était quasiment figé, mis à part les quelques annonces concernant les travaux sur l’A31, ainsi que le constat de travaux ponctuels sur l’autoroute, essentiellement de réfection de chaussée au nord de Metz, alors qu’il y a longtemps que l’entretien laissait à désirer.

Ce fut donc l’occasion de travailler davantage dans le développement des alternatives à l’autoroute. A commencer bien sûr par le TER (sujet détaillé ci-dessous), mais aussi d’autres alternatives se développant de plus en plus tel que le covoiturage ou l’autopartage. C’est ainsi qu’un membre du comité a proposé un sujet traitant du covoiturage en Lorraine à des étudiants.

Transport régional et aménagement du territoire

Avant la tenue des élections régionales, un questionnaire a été rédigé par la FNAUT régionale avec la participation de l’association Réseautom pour interpeler les différents candidats sur la question des transports en Lorraine.

AGIRR s’est exprimée en faveur de la création de la gare d’interconnexion TGV/TER à Vandières lors de l’enquête publique du projet.

Partenaire de la Région et de la SNCF, AGIRR FNAUT Lorraine est membre des comités de Desserte du Sillon Lorrain, et du Pays-Haut / vallée de l’Orne, en tant qu’association de consommateurs. L’objectif est de faire du TER un outil incontournable du transport à l’échelle régionale, susceptible de diminuer le trafic local sur autoroute. En effet, le trafic local représente 80 à 90% de la circulation de l’A31.

Des gros efforts ont été faits sur l’offre dans le Sillon Lorrain. Des progrès d’accessibilité et de lisibilité peuvent encore être faits en passant la ligne au cadencement (fréquence fixe d’une heure, à chaque heure les trains s’arrêtent à la même minute), au maintien de la desserte aux heures creuses de la matinée, et en y organisant les correspondances avec les lignes secondaires s’y raccordant. La fréquentation continue de progresser, même si on a constaté un recul sur la partie transfrontalière.

Dans le Pays-Haut, les améliorations portent essentiellement sur une meilleure organisation de la desserte de la vallée de l’Orne, et d’une ligne dans la vallée de la Fensch qui malgré une population très dense n’est quasiment pas desservie, ainsi que du manque de liaison avec Belval et Esch sur Alzette.

C’est ce dernier point qui a mobilisé une grande partie de l’activité d’AGIRR ces derniers mois. En effet, la desserte d’Esch/Belval depuis Thionville et la vallée de la Moselle est assurée depuis peu via le sud du Luxembourg. AGIRR plaide pour une desserte par le Pays-Haut, par la réouverture de la ligne Fontoy – Audun-le-Tiche, qui permettrait de prendre en charge tous les frontaliers vers Esch et Belval sans encombrer le sillon Lorrain vers Luxembourg, tout en desservant la vallée de la Fensch correctement. Or, l’avenir de cette ligne désaffectée est menacé par le projet de « contournicotement » d’Audun le Tiche, qui vient couper la ligne par deux endroits, ce qui la rendrait inexploitable. AGIRR a organisé deux réunions publiques d’information en mars et juin 2010, avec l’aide de militants locaux qui se sont associés à nous, et avec l’aide de l’association Empreinte Positive, de Rédange, pour dénoncer ce projet de contournement et promouvoir le chemin de fer, les transports en commun et le désenclavement vers la France.

RFF tente depuis plusieurs années de fermer la section de voie ferrée dans le secteur d’Audun-le-Tiche, ce qui condamnerait l’ensemble de la ligne. Une première décision avait été attaquée par la FNAUT, et avait abouti à son annulation. RFF s’est prononcé une nouvelle fois au début de l’année pour la fermeture. Un recours est en instance.

AGIRR a participé à une réunion d’information de l’Opération d’Intérêt National organisée par EPFL (Etablissement Public Foncier de Lorraine), le 5 mai 2010 à Russange.

Du côté de Metz, AGIRR a rencontré le 1er juin des techniciens de l’AGURAM (AGence d’URbanisme des Agglomérations de Moselle),qui nous avait sollicité pour discuter du « diagnostic prospectif » du SCOT de l’agglomération messine (Schéma de Cohérence Territoriale).

Transports Urbains

AGIRR continue de siéger au Conseil de Développement Durable de la CA2M.

Des contributions ont été apportées, dans les enquêtes publiques et réunions publiques du projet Mettis à Metz.

AGIRR est membre du Comité Consultatif du SMITU (Syndicat Mixte des Transports Urbains, région de Thionville-Fensch). En effet cet organisme est compétent sur le Contournement Ouest de Thionville, et la desserte ferroviaire vers le Luxembourg, et donc vers Bettembourg et Belval.

L’association a par exemple soutenu la réouverture de la halte de Fontoy, en y faisant remarquer cependant que cette opération serait inutile tant que la vallée de la Fensch ne serait pas desservie correctement. Pour faire une halte ferroviaire, encore faut-il qu’il y ait des trains qui y passent.

AGIRR est membre du comité tripartite avec les TCRM et leur autorité organisatrice, Metz-Métropole, dans le cadre de la certification de leur agence commerciale.

Projets de l’association

L’abandon officiel du projet d’A32, bien qu’il récompense les actions d’AGIRR menées depuis 15 ans, n’implique pas une tournure de page, puisque des morceaux du projet sont maintenus en projet, et le travail de développement des alternatives à l’A31 restent à faire.

Communication

Notre lien avec la population et nos adhérents existe toujours grâce à nos relais : pour l’information que nous diffusons dans les boîtes aux lettres et les propositions qui remontent au comité.

Devenu incontournable, le site internet est tenu à jour en informations et propositions détaillées à chaque grande étape de notre action. Il nous apporte questions et suggestions.

Volet routier et autoroutier

En cette période suivant la publication de l’avant-projet du SNIT qui enterre l’A32, la vigilance va devoir être optimale pour surveiller les voix qui pourraient déterrer une nouvelle fois l’A32, et réagir le cas échéant.

Concernant la lutte contre le Contournement Ouest de Thionville, il est difficile à l’heure actuelle d’évaluer les marges de manœuvre et les champs d’action, seul l’avant-projet du SNIT, étant paru, sans échéances. Dans l’immédiat, des actions de sensibilisation après de la population sont envisagées.

Concernant le tronçon Toul-Dieulouard, des actions similaires peuvent également s‘envisager avec les autres associations de l’Entente Lorraine Contre l’A32. AGIRR FNAUT Lorraine soutient l’élargissement de l’A31 entre Metz et Nancy, axe routier majeur du sillon lorrain, des travaux de sécurisation dans la foulée, ainsi que l’installation d’instruments de mesure et de surveillance du trafic et de panneaux à message variable pour mieux l’utiliser en fonction du trafic. L’association prend acte de la décision préfectorale de maintenir définitivement les restrictions de vitesse, qui ont amélioré la fluidité et diminué le nombre d’accidents (pour rappel, les accidents sont deux fois moins nombreux sur l’A31 que la moyenne des autoroutes gratuites). AGIRR continuera à dénoncer le projet de CD1bis, qui passe près de Rurange en traversant la forêt, pour échouer sur le contournement de Yutz. Le flux de la D1 se dirige vers Thionville et l’A31 vers Luxembourg, et ce n’est pas en construisant une nouvelle route que les automobilistes changeront leur destination. C’est prendre le problème à l’envers que de vouloir construire une route sans savoir où la faire aboutir. AGIRR est favorable à un doublement partiel sur place, un raccord à l’A31 en amont de Bertrange, et le remplacement progressif des carrefours plans par des échangeurs dénivelés, qui se multiplient et provoquent accélération et freinage en permanence.

En partenariat avec des militants locaux souhaitant s’investir, l’association AGIRR continuera son lobby contre le « contournicotement » d’Audun le Tiche qui condamne par deux endroits la ligne Fontoy – Audun et ne résoudra pas les problèmes d’engorgement de l’agglomération.

Solutions alternatives de transport

Nous poursuivrons notre contribution en tant qu’association d’usagers des transports aux divers comités pour le TER, (Dessertes, Partenaires, certification, consommation).

Nous interviendrons au sein Metz-Métropole pour l’élaboration du futur réseau Mettis. Pour l’instant, l’axe lourd est déterminé et en voie de construction. Mais le réseau desservant le reste de l’agglomération reste flou, et c’est pourtant ce qui déterminera le succès de cette opération.

AGIRR participera à la réflexion d’axes lourds de transports en commun dans l’agglomération de Thionville/Fensch (projets de TCSP, gare nouvelle à Yutz, …).

AGIRR souhaite apporter sa contribution à la diffusion du covoiturage. L’association se félicite de l’aménagement de parkings de covoiturage sauvage à proximité des échangeurs autoroutiers, et de la frontière, mais regrette la création de plusieurs sites de covoiturage, ce qui disperse l’information au lieu de la centraliser.

Transports et urbanisme

L’association a été sollicitée par l’AGURAM pour recueillir les remarques sur le diagnostic établi sur le SCOTAM (SCOT de l’agglomération messine). L’association est toujours en possession des documents de travail, et d’autres rencontres de ce genre auront lieu.

Au niveau de l’agglomération messine, deux membres siègent au conseil de développement durable de la CA2M. Ils auront à se pencher sur les grands projets d’aménagements de nouveaux quartiers de l’agglomération messine.

Publié le jeudi 26 août 2010.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message