Logo Agirr

Derniers développements autour de la ligne Fontoy-Audun le Tiche.

 
Ces derniers mois ont vu la pression monter au sujet de cette ligne ferroviaire. En effet, les autorités concentrent tous leurs efforts sur la réalisation du contournement routier autour de Villerupt et Audun le Tiche, lequel projet entraîne la destruction de la voie en la coupant en deux endroits.

Un projet routier consternant

Le projet de « contournicotement » d’Audun le Tiche vient couper la ligne par deux endroits, ce qui la rendrait inexploitable. Loin de créer un évitement de l’agglomération sur la route existante et engorgée quotidiennement, cette route passe au cœur du tissu urbain, puis s’échoue dans le village isolé de Tiercelet, qui n’est pas connecté directement à l’autoroute A30, après avoir effectué des détours insensés en suivant le relief pour diminuer les coûts. Il est clair que ce contournicotement ne résoudra pas les problèmes d’engorgement d’Audun le Tiche.

Une solution à portée de main

Depuis quelques mois, des trains circulent entre Thionville et Longwy en desservant tout le sillon sud-ouest du Luxembourg, mais ces trains contribuent à engorger davantage le sillon Lorrain et le nœud ferroviaire de Bettembourg ; en outre, les trains roulent à faible allure sur les lignes luxembourgeoises, si bien qu’il faut une heure pour aller de Thionville à Longwy. Pourtant, il existe une ligne permettant de relier Esch au sillon mosellan en passant par Audun le Tiche, la vallée de la Fensch vers Thionville et Metz. Une telle ligne permettrait au frontaliers de se rendre rapidement au Luxembourg, éviterait de charger le noeud ferroviaire de Bettembourg, et assurerait une desserte des habitants du val d’Alzette vers le centre régional. Il serait alors possible de favoriser l’implantation de nouveaux logements à proximité immédiate de la ligne, plutôt que de laisser l’urbanisation s’étaler et rendre impossible toute solution de transport en commun à l’avenir. Une hypothèse a été avancée qui consistait à prolonger la ligne actuelle directement vers Esch-Belval à la sortie du viaduc au Nord d’Audun le Tiche. Cependant, cette solution impose une rupture de charge à Belval, avec un parcours imposé à pied de plus de cent mètres pour ceux qui voudraient poursuivre leur trajet. De plus, l’aménagement de la sortie du viaduc nécessiterait un remblai important, peu réaliste.

La mobilisation d’AGIRR FNAUT-Lorraine

La ville frontalière d’Audun le Tiche représente donc la clé de voûte du projet de réouverture. AGIRR FNAUT-Lorraine a organisé deux réunions publiques d’information en mars et juin 2010, avec l’aide de militants locaux qui se sont associés à nous, et avec l’aide de l’association Empreinte Positive, de Rédange, pour dénoncer ce projet de contournement, dont le tracé était inconnu de la plupart. Les militants du Pays-Haut sont de plus en plus nombreux, commencent à s’organiser et de nouvelles actions sont envisagées. Lors de la dernière réunion, des élus locaux étaient présents. Ils reconnaissaient que le projet n’était guerre satisfaisant pour eux, mais qu’aucun autre projet ne pouvait être obtenu à court terme. Il faudrait que le projet routier se réalise, malgré ses défauts. AGIRR FNAUT-Lorraine a maintenu qu’une solution qui n’offrait aucune garantie sur l’avenir de la ligne n’était pas acceptable. Les élus présents n’ont pas envisagé qu’ils pouvaient apporter une telle garantie. Ce fut donc un constat de désaccord.

RFF tente depuis plusieurs années de fermer la section de voie ferrée dans le secteur d’Audun-le-Tiche, ce qui condamnerait l’ensemble de la ligne. Une première décision avait été attaquée par la FNAUT, et avait abouti à son annulation. RFF s’est prononcé une nouvelle fois au début de l’année pour la fermeture. Un recours est de nouveau en instance. Il va de soi que le retrait de ce recours n’est pas d’actualité.

Publié le mardi 19 octobre 2010.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message