Logo Agirr

Communiqué concernant le SNIT

 

Le gouvernement vient de publier en janvier 2011 une nouvelle version de l’avant projet du Schéma National des Infrastructures de Transport. Nous avions déjà réagi à la première version en déplorant que malgré l’affichage de préservation de l’environnement, la part faite aux autoroutes était importante.

Cette nouvelle version, parrainée par Monsieur Plus, enfonce le clou.

Côté ferroviaire, nous notons avec satisfaction le projet de la gare TGV à Vandières, en interconnexion avec le réseau régional. Nous apprécions également l’inscription nouvelle d’un raccordement du sillon lorrain au TGV Rhin-Rhône par le Sud.

Pour la Lorraine, l’abandon de l’A32 n’est pas remis en cause. Cependant, l’ancien projet est remplacé par des sections qui reprennent l’essentiel du projet initial : une liaison Toul-Dieulouard, un contournement Ouest de Thionville. S’y ajoute maintenant la mise en 2x3 voies de l’A31 au Nord de Thionville jusqu’à la frontière.

Ceci à l’air de contenter tous nos élus. Ce n’est pas notre cas.

Le passage du barreau Toul-Dieulouard rencontre des zones déjà urbanisées du côté de Toul et de Dieulouard, et des zones d’un intérêt écologique majeur. Ces difficultés ont déjà été mises en lumière par le projet A32, elles subsistent avec le nouveau projet. Le contournement Ouest de Thionville coupe la ville de Florange en deux et canalise ses nuisances en pleine zone urbaine. De plus, il n’est pas justifiable de vouloir désengorger une traversée urbaine, celle de Thionville-Beauregard pour en traverser une autre au prix d’une dépense conséquente.

Par ailleurs, on ne parle pas de solution de transport de masse pour l’acheminement à Belval de plusieurs milliers de frontaliers ; pire, la seule solution envisagée localement, routière évidemment, est totalement inadaptée et rend impraticable une voie de chemin de fer idéalement positionnée.

Clairement, ce schéma ne tire pas les conséquences du constat de l’affaiblissement des ressources énergétiques, de leur renchérissement déjà amorcé, de l’impact des émissions de gaz à effet de serre sur le climat et n’est même pas à la mesure des problèmes de trafic posés. Il persiste dans la voie du tout automobile avec le même logiciel qu’au siècle dernier qui nous mène dans une impasse. La région ne se sera pas préparée aux conditions qui prévaudront prochainement et les lorrains constateront avec amertume qu’ils seront handicapés par ces choix.

Donc, non, ce schéma n’est pas celui que nous espérions.

AGIRR FNAUT Lorraine

Publié le dimanche 20 février 2011.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message