Logo Agirr

La ligne "Fontoy – Audun le Tiche" ne doit pas périr

 
Les militants des associations du collectif « Les grands chemins de l’Alzette », (constitué d’AGIRR – FNAUT, ERFFAL, Empreinte Positive, et la CGT-Cheminots), soucieux du devenir de l’agglomération du Val d’Alzette, organisent le dimanche 3 avril 2011 une opération symbolique représentant la circulation d’un train sur cette ligne.

Après avoir été au service de l’industrie locale pendant près de cent ans, cette voie ferrée a été finalement abandonnée par la SNCF à la fin des années 90, alors qu’elle avait été rénovée peu de temps avant sur certains tronçons. Fermée à tout trafic depuis une quinzaine d’années, la SNCF a tout de suite pris soin de démanteler les installations d’alimentation électrique. Depuis, alors que la ligne fait toujours partie du patrimoine ferroviaire, RFF, gestionnaire de l’infrastructure depuis 1997 la laisse délibérément agoniser, en refusant d’intervenir face au démontage de deux passages à niveau interrompant la continuité de la ligne, ou l’endommagement des voies lors de travaux avoisinants. Aujourd’hui, RFF cherche à déclasser une partie de la ligne pour permettre de déblayer la plateforme pour faire passer une route dont la pertinence reste douteuse. Enfin, face à un abandon total, la nature se charge de reprendre ses droits sur l’ensemble de la ligne au cours des années.

Pourtant, cette voie ferrée pourrait de nouveau rendre de grands services si elle était rouverte à du trafic voyageurs. En effet, les accès au Luxembourg sont rares et de plus en plus empruntés par des flux de travailleurs transfrontaliers de plus en plus nombreux. Or, l’accès à Esch-sur-Alzette, deuxième ville du Grand Duché dont le pôle de Belval, futur centre d’activité est amené à accueillir plusieurs dizaines de milliers d’emplois, n’est accessible depuis la France que par la route d’Audun le Tiche dont l’encombrement est maintenant légendaire. Les seuls accès par trains se font via la ligne luxembourgeoise Bettembourg – Pétange, tangentielle à la frontière. Les accès depuis la France sont limités à Rodange et Bettembourg, en voie de saturation. La ligne Fontoy – Audun le Tiche pourrait donc ouvrir un troisième passage transfrontalier permettant le transport massif de voyageurs supplémentaires par le train tout en soulageant l’étoile de Bettembourg. Rien qu’un report de 10% des automobiles traversant quotidiennement Audun le Tiche créerait à lui seul plus de 2000 voyageurs par jours par sens. D’autre part, la connexion au sillon lorrain via Hayange permettrait le désenclavement du Pays Haut et du Val d’Alzette vers Thionville et Metz, tout en offrant une desserte à la vallée de la Fensch, étendue urbaine très dense de près de 100 000 habitants aujourd’hui laissée à l’écart du réseau TER.

Aussi, les militants des associations du collectif « Les grands chemins de l’Alzette », (constitué d’AGIRR – FNAUT, ERFFAL, Empreinte Positive, et la CGT-Cheminots), soucieux du devenir de l’agglomération du Val d’Alzette, organisent ce dimanche une opération symbolique représentant la circulation d’un train sur cette ligne, préalablement entretenue.

Publié le dimanche 3 avril 2011.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message