Logo Agirr

AGIRR-FNAUT LORRAINE déplore que l’A31bis soit retenue au programme des infrastructures

Communiqué de presse
 
C’est avec regrets que l’association AGIRR – FNAUT Lorraine a appris que l’A31bis avait été retenue par le Premier Ministre dans la liste des infrastructures à construire.

En effet, cette autoroute non seulement n’apparaît pas comme ayant un haut degré de priorité mais est inutile, sinon nuisible.

AGIR-FNAUT LORRAINE a toujours dénoncé ce projet en s’appuyant sur les considérations suivantes :

- l’A31 n’a pas un trafic croissant et risquant la saturation à l’horizon 2030 entre Toul et Luxembourg. C’est en particulier le cas entre Nancy et Metz. Ne fait exception que le tronçon entre Thionville et Luxembourg.
- Le Contournement Ouest de Thionville (COT) traverse une zone densément peuplée (Florange). Même si le tronçon est enterré – et à quel prix ? – la pollution sera là, au détriment de la santé de nombreux habitants (cancers, maladies respiratoires). Son aboutissement à la frontière du Luxembourg butera sur une congestion inévitable, vu le refus des autorités luxembourgeoises de créer de nouvelles autoroutes de leur côté.
- le tronçon Toul-Dieulouard est présenté à tort comme une solution à l’engorgement de la traversée nancéienne. Ce barreau ne servirait qu’au transit nord-sud, en réalité très minoritaire à Nancy (moins de 10% du trafic), et donc n’apporterait aucune amélioration significative, d’autant plus si cette portion est payante. Elle apporterait des dommages irréversibles à un environnement particulièrement remarquable des côtes de Toul.

AGIRR-FNAUT LORRAINE n’accepterait dans ce programme que l’ajout d’une 3ème voie au tronçon Thionville-Luxembourg, vu ses perspectives de trafic croissant, mais à deux conditions :
- que cette voie soit réservée aux transports en commun et au co-voiturage ;
- que le Luxembourg fasse de même sur l’autoroute qui y fait suite. Les transports en commun ferrés ne pourront en effet faire face au trafic futur escompté vu le manque d’investissements dans ce domaine, en particulier le refus de remettre en état la voie ferrée entre Fontoy et Audun-le-Tiche, dont au contraire une partie a été coupée par une nouvelle route.

En règle générale, la création de nouvelles routes ne fait que générer de nouveaux trafics automobiles, à un moment où le pétrole se fait rare et cher, où la réduction drastique des émissions de CO2 est urgente pour éviter une catastrophe climatique et quand la santé des populations est en danger.

Publié le vendredi 26 juillet 2013.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Date Nom Message