Logo Agirr

Le Contournement Ouest de Thionville vers le Luxembourg

Une saignée à Florange et des points de congestion nouveaux
 
La région de Thionville hérite d’un passage d’autoroute en pleine hérité d’une période archaïque où le « tout automobile » battait son plein. Nous avons l’impression que cette époque n’est pas révolue, avec la proposition de couper en deux une autre ville.

Certes, en regardant sur une carte, il serait tentant de tracer un barreau dans la continuité de l’A31 vers le sud à partir d’Elange pour joindre l’A30 à quelques kilomètres. Cela permettrait d’avoir un tracé plus direct et de ne plus passer dans Thionville.

Mais voilà, entre Elange et l’A30, il faut traverser la vallée de la Fensch, longue barrière urbanisée. Quel intérêt d’éviter Thionville si c’est pour passer dans Florange et au ras de Terville ?

Il ne faut pas oublier plusieurs choses : le COT (Contournement Ouest de Thionville) n’implique pas la suppression de l’A31 à Thionville. Une partie du trafic y serait détournée mais la traversée de Beauregard continuerait à exister. De plus, vu la part du trafic interne à l’agglomération de Thionville – Fensch, Beauregard continuerait à crouler sous les voitures. Avec en prime, une seconde traversée urbaine à Florange. Le comble !

JPG - 269.2 ko
florange

Le COT permettrait-il au moins de départager le trafic et diluer les nuisances entre Thionville et Florange ? Même pas.

D’une part, les nuisances liées à l’autoroute découlent avant tout de présence même de l’autoroute, bien plus que du niveau de trafic de celle-ci. D’autre part, la circulation à Thionville serait certainement soulagée les premiers jours, mais resterait importante car l’autoroute, facilement accessible, est massivement utilisée par les Thionvillois. Cela risquerait surtout d’y laisser la place à de nouveaux trafics, ce que génère toujours une nouvelle route.

Il ne s’agit donc même pas de déplacer les problèmes en déshabillant Pierre pour habiller Paul, mais de multiplier lesdits problèmes. A l’heure où nous devons faire face à un problème d’engorgement durable en particulier au Luxembourg, vouloir augmenter l’usage de l’autoroute est contreproductif et irresponsable. C’est réfléchir sur le court terme.

Le C.O.T n’est donc pas la déviation de l’A31 au large de Thionville, c’est la multiplication des traversées urbaines (Beauregard + Florange) !

Et surtout, cela ne fera que déplacer les points de congestion :
- A Elange, par la création d’une nouvelle jonction (quatre voies s’emmanchant dans trois).
- Aux entrées de la capitale luxembourgeoise, déjà notoirement saturées aux heures de pointe. Le transfert des embouteillages de l’autoroute française y aggravera le goulot d’étranglement, tandis que l’élargissement de la surface routière y est impossible compte-tenu de l’urbanisation.

Si les Luxembourgeois concentrent leurs efforts (au demeurant bien plus conséquent qu’en France) sur les infrastructures de transport en commun, c’est parce que, croulant sous les embouteillages chroniques depuis plusieurs décennies, ils ont une approche plus mature de la mobilité. L’augmentation de l’accessibilité ne pourra pas s’y faire par la route ; Luxembourg ayant pourtant besoin d’augmenter son accessibilité exploite donc les solutions alternatives. En France, la manière de penser n’a pas évolué depuis la fin des trente glorieuses, et reste axée sur une fuite en avant routière, fût-elle contreproductive.

Nous estimons que cette solution est inacceptable.

Publié le dimanche 26 avril 2015.
Signatures: 0
Répondre à cet article

Forum

Date Nom Message